Défrisage

« Défriser ses cheveux c’est comme être en prison. Tu es en cage. Tes cheveux font la loi, s’entend dire Ifemelu. Tu te bats toujours pour qu’ils fassent ce qu’ils ne sont pas censés faire ». Americanah, Chimamanda NGOZI ADICHIE

 

  • Défrisage :

–  Opération qui a pour but de défriser les cheveux.

  • Défrisant :

–  Se dit d’un produit qui permet de défriser les cheveux.

  • Défrisement :

Action de défaire des boucles fines.

  • Défriser :

Défaire la frisure des cheveux, de la moustache.

  • Frisure :

Façon de friser, de se faire friser; état des cheveux frisés.

 

 

Prémices :

Selon la cosmétologue Naturi ÉBÈNE, militante panafricaniste et afrocentrique, les origines du défrisage remontèrent à l’esclavage.

Les cheveux des esclaves furent rasés quand ces derniers furent retirés de leur famille. Le but fut de marquer le fait qu’ils appartinrent à leur maître et non plus à leur tribu. En effet, grâce à leurs coiffures, il fut possible de connaître le nom de leur tribu,  leurs origines et leur rang social, comme par exemple, chef, guerrier, reine/roi, servante.

Lorsque les négriers arrachèrent les esclaves à leur terre pour les transporter en AMÉRIQUE, la traversée put durer plusieurs mois, voire plus de six mois. Les cheveux rasés des esclaves ainsi que ceux dont les cheveux n’eurent pas été coupés,  eurent le temps de pousser. Les esclaves subirent régulièrement des railleries à cause de leurs cheveux sales et mal entretenus.

À cette époque, une des punitions que les maîtres infligèrent aux esclaves récalcitrants, fut de leur plonger la tête dans des bains d’eau et d’acide.

En dehors des séquelles sur la peau et sur la santé, les autres esclaves finirent par observer que ce mélange lissa leurs cheveux. Ils eurent l’idée de mélanger de la soude à de la pomme de terre et de l’œuf ou de la graisse à essieux ou de porc avec un couteau à beurre chauffé pour lisser les cheveux.

Avoir les cheveux comme ceux des maîtres fut un signe d’évolution et augmenta les chances d’avoir accès à de meilleurs traitements.

Pendant la colonisation, cette détérioration du cheveu des personnes marrons non issues du continent Asiatique, continua. Le but de la colonisation fut d’assimiler les populations en les faisant se sentir inférieures notamment par les cheveux.

L’esclavage aboli, cette idée se renforça. Par exemple à l’église, les personnes marrons non issues du continent Asiatique s’assirent par ordre de frisure du cheveu. De ce fait, plus ils eurent les cheveux frisés, plus ils furent à l’arrière, et donc s’éloignèrent de la parole de Dieu.

Création :

Au début du XXe siècle, en pleine ségrégation raciale, les marrons États-uniens firent leur possible pour s’intégrer en gommant les traits physiques propres à leur groupe. En parallèle, fut créer le peigne à lisser ainsi que les premières pinces céramiques.

En 1905, madame WALKER inventa un produit pour traiter la chute de cheveux, puis développa une méthode de défrisage au fer chaud.

Monsieur MORGAN fut l’inventeur du premier produit défrisant. À l’origine, il créa un produit pour polir l’aiguille de sa machine à coudre. Un jour, alors qu’il travailla dans son atelier, occupé par la réparation d’une machine à coudre, du lubrifiant utilisé pour l’entretien des machines se renversa sur ses mains. En l’absence de chiffon, monsieur MORGAN, les essuya sur son pull en laine et retourna à sa réparation. Le lendemain, il aperçut que la laine du vêtement fut devenue toute lisse. Il décida d’expérimenter le produit sur le chien de son voisin, un airedale. Le produit rendit les poils du chien lisses. Puis, il servit de cobaye sur ses propres cheveux.

Ce fut ainsi que naquit le G.A. MORGAN’S HAIR REFINER CREAM autrement dit le baume embellisseur de G.A. MORGAN. En 1910, la G.A. MORGAN HAIR REFINER COMPANY proposa des défrisants accompagnés de leur shampoing neutralisant, des huiles et pommades censées accélérer la pousse des cheveux, des colorations, des fers chauds et des crèmes éclaircissantes.

Le but fut de répondre à la demande des marrons États-uniens qui ne voulurent plus de cette « mocheté » conférée par la nature, naquit ainsi le « CHEAPER  THAN THE CHEAPEST » soit le kit complet pour s’aliéner à moindre frais comme monsieur MORGAN lui-même qualifia ses produits.

Par la suite, en 1954 monsieur JOHNSON emprunta 500$ à la banque et à des proches et créa avec sa femme Joan, un commerce axé sur la vente de produits capillaires pour les marrons États-uniens.

Le premier produit lancé par la JOHNSON PRODUCTS, l’ULTRA WAVE, un défrisant pour homme, permit de ne plus accompagner le défrisage de l’étape du lissage au fer chaud : le produit seul suffit. En 1957, il cibla la femme et lança un défrisant utilisable chez soi. D’un produit nécessitant 5h de pose, applicable uniquement en salon de coiffure, il en fera un produit simple d’utilisation, accessible à tous, durant les années 70.

Créateurs :

Sarah BREEDLOVE  appelée C.J. WALKER naquit le 23 décembre 1867, développa une gamme complète de produits dédiée au cheveu crépu suite à une infection du cuir chevelu.

Elle put lancer la mode des cheveux lisses (the good hair) grâce à la publicité dans les journaux et aux démarchages de son équipe commerciale, les WALKER AGENTS.

Elle devint l’une des premières femmes marrons États-uniennes millionnaire et aida également plusieurs femmes à monter leurs commerces.

C’est en 1919, le 25 mai qu’elle mourut.

CJ-Walker
Garett MORGAN

Garett Augustus MORGAN naquit le 4 mars 1877, fils d’esclaves affranchis.

Il est le premier à commercialiser un défrisant alcalin.

Monsieur MORGAN inventa le masque à gaz en date du 13 octobre 1914 et les feux tricolores le 20 novembre 1923.

Le 27 août 1963, il mourut.

George Ellis JOHNSON Père naquit le 12 juin 1927.

À la fin des années 50 lança le premier défrisage à utiliser à domicile.

George-E-Johnson

Opposition :

Malcom X raconta dans son autobiographie que les hommes défrisèrent également leurs cheveux. Ainsi le défrisage fut l’un des rares commerce profitable pour la communauté marron États-unienne de l’époque.

Toutefois, plusieurs journaux, nationalistes marrons États-uniens ou pasteurs, défendeurs des droits civiques tels que Booker T WASHINGTON, Marcus GARVEY dénoncèrent la pratique du défrisage, y voyant un signe de haine de soi et un moyen d’imiter les beiges.

Le slogan « black Is beautiful » d’ailleurs, fut lancé par des militants marrons États-uniens avec une nouvelle coiffure, la coupe afro.

Dans les années 2000 naquit le mouvement Nappy aux ÉTATS-UNIS, à ne pas confondre avec le terme anglais désignant une couche-culotte. Il s’agit de la fusion des mots natural et happy. Il revendiqua le droit de conserver ses cheveux au naturel.

Principe :

Le défrisage est une opération de transformation durable consistant à modifier la texture des cheveux bouclés, frisés, ou crépus dans le but de les raidir. Est alors appliqué sur les longueurs un produit alcalin, entre 15 à 20 minutes qui consiste à casser les liaisons chimiques qui maintiennent la frisure du cheveu afin de le lisser.

Composition :

Trois ingrédients principaux composent un défrisant :

  • un agent alcalin.
  • des huiles accompagnées d’un surfactant.
  • des émulsions qui détruisent progressivement la structure du cheveu.

Selon la dermatologue Parisienne, Camille FITOUSSI, les défrisants « cassent l’armature des cheveux, les ponts cellulaires entre les atomes de soufre qui forment le cheveu ». Elle précise aussi que ce type de produit fonctionne sur le « même principe que les crèmes dépilatoires ».

Ophelia DADZIE, dermatologue à l’hôpital du GRAND LONDRES de NORTHWICK  PARK indique que sont présentes des émulsions « contenant entre 1.5% et 3.5%  d’hydroxyde de sodium avec des pH de 12 à 14 » autrement dit des formules « très alcalines ».

De plus, le cheveutologue Nsibentum affirme que la composition des produits défrisants est celle des produits pour déboucher un évier ou un lavabo.

Voici une liste non exhaustive de composants présents dans plusieurs défrisants :

  • « CI » suivi de 5 chiffres : colorants du goudron de houille. Cancérigènes et peut contenir des métaux lourds toxiques pour le cerveau.
  • DMDM hydantoin : libérateur du formaldéhyde qui peut être cancérigène.
  • MEA : peut agir avec d’autres substances et former des nitrosamines cancérigènes.
  • Mineral oil (huile minérale) : adoucit la peau. C’est un dérivé du pétrole (petrolatum). Entrave la respiration naturelle du cuir chevelu en lui barrant l’oxygène.
  • Parabenes : suspectés d’interférer avec la fonction hormonale et sont associés au cancer du sein.
  • Parfum : mixture de produits chimiques qui peuvent déclencher des allergies et de l’asthme , certains sont associés au cancer et à l’intoxication des neurones.
  • Polyéthylène glycol (PEG) : peut contenir du 1.4  dioxane potentiellement cancérigène.
  • Propylène glycol : fort irritant, pouvant causer des déformations du foie et des dommages du rein.
  • Laureth sulfate de sodium : peut contenir du 1.4  dioxane potentiellement cancérigène.

Types :

Organigramme défrisage

Il existe deux types de défrisage, la méthode à chaud, qui se fait à l’aide d’un peigne à défriser. Elle est éphémère car au shampoing suivant, la nature réelle du cheveu est retrouvée et la méthode à froid, elle consiste à utiliser certaines crèmes.

Le défrisage à froid se divise également en deux catégories, le défrisant thiolé, défrisage de type doux, adapté aux cheveux bouclés à moyennement frisés et le défrisant alcalin, défrisage de type fort, destiné aux cheveux très frisés à crépus.

L’agent thiolé détruit 30% des liaisons disulfures qui soudent entre elles les chaînes de cystine et qui imposent au cheveu sa frisure d’origine.

L’agent alcalin détruit 90% des liaisons disulfures en expulsant l’un des deux atomes de soufre sur chaque molécule de cystine.

Ces deux types de défrisants ne sont pas compatibles. Un cheveu qui a été défrisé avec un produit thiolé, ne pourra pas recevoir un produit alcalin et inversement.

Il y a deux sortes de défrisant alcalin, celui à l’hydroxyde de sodium connu sous le nom de défrisant avec soude et celui à l’hydroxyde de guanidine connu sous le nom de défrisant sans soude. En réalité, les défrisants dits sans soude, sont composés de dérivés de soude ou de potasse.

Quid des relaxants lessiviels :

Les produits de détente du cheveu peuvent nécessiter un lavage et un peignage avec du savon fabriqué à partir d'un excès de lessive. Un relaxant lessiviel se compose d'hydroxyde de sodium mélangé à de l'eau, de la vaseline, de l'huile minérale et des émulsifiants. Les relaxants de lessive peuvent être étiquetés comme « base » ou « sans base ».

Pourquoi ?

Chris ROCK diffuse en 2009, le documentaire GOOD HAIR, des femmes marrons États-uniennes sont interrogées sur leur rapport aux cheveux et au défrisage. Plusieurs d’entre elles qualifient le cheveu raide comme étant le bon cheveu.

En FRANCE, la sociologue Juliette SMERALDA énumère dans son livre PEAU NOIRE, CHEVEU CRÉPU, les raisons pour lesquelles, les femmes marrons ayant répondu à un sondage se défrisent les cheveux :

  1. faciliter la coiffure.
  2. rendre la coiffure moins douloureuse.
  3. avoir les cheveux raides.
  4. séduire.
  5. correspondre aux canons de beauté occidentaux.

Le cheveutologue Nsibentum réfute l’argument selon lequel le défrisage facilite la coiffure du cheveu frisé. En effet, il rappelle que le peuple marron non issu du continent Asiatique a plus de 5000 ans et que dans toutes ces années, le défrisage et ses prémices a une place de 300 voire 400 ans. Depuis que le défrisage a été introduit en AFRIQUE, les coiffures qu’il est possible de réaliser avec les cheveux des personnes marrons ne sont plus autant variées.

Quand ?

Bien que certaines marques proposent des kits destinés aux enfants, la dermatologue Camille FITOUSSI préconise de ne pas défriser les cheveux des enfants avant la puberté car plus tôt « bien souvent les cheveux ne possèdent pas encore leur texture définitive ».

Avant, pendant, après :

Fréquence :

En moyenne un défrisage dure 6 à 12 semaines.

Il serait donc préférable de limiter l’opération à trois fois par an maximum pour le défrisant thiolé et de respecter un délai minimum de six semaines entre deux défrisants alcalins.

Contre-indications :

Il est préférable d’éviter le défrisage sur cheveux cassants , abîmés, sur un cuir chevelu irrité, pendant la grossesse, l’allaitement.

 

Santé :

Les défrisants font partie de la catégorie des cosmétiques visée par l’article L5131-1 du CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE. Les conditions de fabrication et de mise sur le marché de ces produits dans les pays de l’UNION EUROPÉENNE sont régies par le RÈGLEMENT (UE) 2015/830 de la Commission du 28 mai 2015.

Ce dernier impose notamment un examen de la toxicologie de tout produit avant la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché. Cette réglementation n’exclue pas les risques d’allergie inhérents à tous les cosmétiques.

Santé capillaire :

Santé générale :

  1. En plus du pH, le produit défrisant va entrer par les cuticules des cheveux et briser les liaisons protéiques qui sont présentes dans le cortex du cheveu. De ce fait, cela va abîmer de manière permanente la tige capillaire.
  2. En attaquant la structure même du cheveu, le défrisage fragilise le cuir chevelu, les follicules sont affaiblis. Le cuir chevelu tout comme le cheveu ne fixe plus correctement l’eau. Ils se déshydrate, ce qui peut donner l’impression à certains utilisateurs que le cheveu ne pousse plus.
  3. Les cheveux poussent néanmoins moins bien et de manière moins vigoureuse.
  4. Des chutes de cheveux et des brûlures du cuir chevelu peuvent apparaître en cas de mauvaise application du produit.
  5. La conséquence directe d’un cuir chevelu non sain est la perte progressive de cheveux en d’autres termes une alopécie.
  6. En 2007,  une étude d’une chercheuse Sud-africaine observe que la teneur en cystéine diminue dans les cheveux des femmes utilisant des défrisants.
  7. Durant les années 2010, l’association Française LABEL BEAUTÉ NOIRE, présidée par Isabelle MANANGA-OSSEY, met en avant des risques de brûlures, de lésions du cuir chevelu et de vapeurs toxiques.
  1. En janvier 2012, une étude menée par des chercheurs de BOSTON sur 24 000 femmes, parue dans l’AMERICAN JOURNAL OF EPIDEMIOLOGY établissait une corrélation entre défrisage et fibromes utérins – perturbateurs endocriniens.
  2. En 2016 est montré que le propylène glycol peut provoquer des irritations des voies respiratoires. Le propylène glycol peut également affecter les yeux et provoquer des convulsions chez les enfants – organes fragilisés.

Alternatives :

Le wave, le lissage, l’assouplissement font partie des nombreuses autres options qu’il est possible d’utiliser en alternance.

Le wave venant de l’anglais qui signifie vague, autrement dit ondulation, est une technique qui permet d’assouplir les cheveux non défrisés afin de les faire paraître moins épais.

Le lissage quant à lui est en quelque sorte l’injection de kératine ou de thioglycolate d’ammonium dans les cheveux afin de détendre la fibre capillaire. 

Il existe d’ailleurs plusieurs formes de lissage, Brésilien, Japonais.

Le cheveutologue Nsibentum explique le fait que le lissage Brésilien contient du formol, une matière utilisée lors de la conservation des cadavres.

En CORÉE DU SUD, le down perm est un autre type de produit de relaxation capillaire.

En plus, des alternatives au défrisage, une pratique du nom de stretching est née aux ÉTATS-UNIS. Elle  consiste à espacer au maximum le temps entre deux défrisages.

Sources :

Défrisage - 1
Infographie 800x2000 px(5)
Défrisage - 2

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.